façades puerta del sol

Puerta del Sol

le centre du centre

On peut la snober, avec ses boutiques d'éventails bon marché, ses quatre Corte Inglés, ses mégastores consacrés au foot, ses cinémas tape-à-l'œil, ses bus à impériale et ses Mickeys vivants... Mais il y a bien trop de rues autour pour qu'aucune ne soit intéressante...

CE QUE LES GENS DISENT

"De toute façon, comme c'est au milieu de tout, il faut bien y passer."

—  Bjorn, touriste suédois

On peut commencer la visite de Madrid par la Puerta del Sol, Km 0 de toutes les routes d'Espagne, centre géographique de Madrid. Et ne plus y revenir, sauf le jeudi soir (voir plus loin). C'est le Madrid du tourisme et du shopping de masse. 

Mais. Ses harmonieuses façades qui forment son arc de cercle caractéristique (conçu par les architectes Lucio del Valle, Juan Rivera et José Morer entre 1857 et 1862), sont dominées par la belle publicité de Tío Pepe. En face, la Casa de Correos (Postes), construite en 1768 par l'architecte français Jaime Marquet, est actuellement le siège de la Présidence de la Communauté de Madrid. Sous Franco, c'était le siège de la  Direction Générale de la Sécurité de l'Etat, ses geôles ont été témoins de  longues séances de tortures et d'exécutions sommaires.

Il y a l'Ours et l'Arbousier (une sculpture posée là en 1967, un des symboles touristiques de Madrid).

Éventails en papier

sur la place...

La récupération de la mémoire historique

En 2006, le Congrès espagnol adoptait enfin la "Loi pour que soient reconnus et étendus les droits et que soient établis des moyens en faveur de ceux qui ont souffert de persécution ou de violence durant la Guerre Civile et la Dictature." Deux ans plus tard, Mariano Rajoy annonce : "Pas un seul euro du Trésor public pour récupérer le passé." (20 minutos, 22.02.2008)

Depuis le milieu des années 1990, la vague mémorielle submerge la vie politique, des voix s'élèvent pour réclamer un retour critique du pays sur son passé et refuser la vision de la Guerre Civile comme un conflit dont tous les Espagnols seraient également coupables. Et pour exiger la condamnation officielle du régime franquiste et la reconnaissance de ses victimes. 

Derrière cette loi, il y a pour des milliers de familles l'espoir de retrouver leurs morts, les identifier et leur offrir une sépulture. Et pour d'autres, l'espoir de retrouver leur enfant volé...

Tous les jeudis soir, une poignée de manifestants, pour la plupart âgés, se réunissent pour exiger l'application de cette loi fondamentale pour la réconciliation. Et ils sont ravis d'accueillir des étrangers dans leurs rangs ! 

manifestation tous les jeudis soir, depuis 2010, Puerta del Sol

Éventails en papier

... et tout autour