Un quartier traditionnel au cœur de Madrid avec quelques beaux musées et un important legs architectural de l’aristocratie des siècles passés.

Chamberí

CE QUE DISENT LES GENS

"C'est le district de l’aristocratie aux 19° et 20° siècles, qui lui a légué un très beau patrimoine architectural. Si vous avez un peu de temps..."

—  photo : Constantinos Panagopoulos

MUSÉE SOROLLA

Ce superbe musée présente l'œuvre de Joaquín Sorolla y Bastida, de la famille des impressionnistes. Plus précisément, les Espagnols le qualifient de luministe, pour la célébration de la lumière. D'autres le considèrent comme un néoimpressionniste. On ne va pas se battre...

On trouve ses tableaux plutôt très beaux, et le musée en soi, la maison du bonhomme, dans les quartiers chics de Chamberí, est vraiment un endroit splendide, niché dans un jardin d'inspiraiton orientale, avec deux fontaines qui vous offrent leur fraîcheur pendant la canicule du milieu de l'Espagne... Deux cents cinquante tableaux dans le salon, la salle à manger, et la décoration originale de la famille, éclectique. 

Paseo del General Martínez Campos 37 

Fundación Francisco Giner de los Rios
HOSPITAL
DE MAUDES
Ermita de San Antonio de la Florida y San Pio X 
Le téléphérique

Centre névralgique du quartier, la plaza de Olavide, à Trafalgar, est une accueillante place avec un grand jardin et quelques terrasses autour, c'est le lieu de réunion habituel des gens du quartier, toutes générations et tous styles mélangés, des rombières aux zazous. On vient ici pour le petit déjeuner, pour l'apéritif, pour manger des tapas...

En été, on profite de l'ombre et de la fraîcheur des arbres. Nous, on s'y cache des heures entières, avec livres et tintos de verano (un délicieux mélange de vin rouge et de citronade...).

PLAZA DE OLAVIDE

madrid-anden-cero.jpg

Ça fait un peu parc à thème, mais c'est pas mal du tout : une ancienne station de métro fermée en 1969 et réaménagée en "centre d’interprétation du métro de Madrid". C'est comme un décor de film, mais c'est du vrai : Madrid de 1919, l’année de l’inauguration de la première ligne du métro, qui traversait le centre-ville de Cuatro Caminos à Gran Vía.

Murs carrelés et voûtés, affiches publicitaires, guichets, quais, bancs... d'origine.

ANDÉN CERO

madrid-paseo-pintor-rosales.jpg

Une des rues les plus chiques de Madrid, une des plus belles aussi. Face au Parque de Oriente, des immeubles de caractère, un calme inespéré à Madrid. Rien de plus, mais c'était sur notre route... Passez par là en allant voir la fresque de Goya paseo de Florida.

PASEO DEL PINTOR ROSALES

école polytechnique madrid

Escuela Superior de Ingenieros de Minas y Energías. Encore un magnifique gâteau néoclassique ! On devait le construire dans le parc du Retiro, au milieu des arbres et des canards... il s'est retrouvé dans le chic Chamberí.

Dessiné en 1884 par l'architecte Ricardo Velázquez Bosco, le bâtiment magnifie les arts décoratifs, en façades comme à l'intérieur. Une image belle et singulière qui met en scène l'acier, le bois, le verre et la pierre.  

Et c'est toujours une école, où l'on étudie et où l'on donne des fêtes somptueuses ! Des anciens étudiants nous ont raconté avoir eu un peu de mal certains matins en retrouvant ce bijou noyé dans la bière et le vomi...

Calle de Ríos Rosas 21, Chamberí, Madrid

ÉCOLE DES MINES

meercado-de-vallehermoso-madrid.jpg

Avec une structure architectonique totalement novatrice, ce marché couvert construit en 1930 est un événement dans la petite histoire des centres commerciaux. Déjà que sa façade rouge et rose ne passe pas inaperçue.

Depuis 2017, le marché s'est embobotisé grâce à la présence permanente de producteurs locaux (bio, etc.) au rez : 22 échoppes qui proposent de l'alimentation de qualité à bon prix (on évité les boucheries et les poissonneries mais on s'éternise chez les marchands de primeurs, les boulangers, le crémier...). Le marché zone comprend un espace de dégustation, et propose des animations toute l'année.

c/ Vallehermoso 36, Madrid

MARCHÉ DE VALLEHERMOSO

Avant tout ça...

Ce nom qui ressemble à une étape sur la route des sport d'hiver... Pendant le soulèvement du Dos de Mayo (2 mai 1808), le régiment de Chambéry (armée de Napoléon Ier) s'était installé sur l'actuel emplacement de la plaza de Chamberí. Il y a eu quelques affrontements avec la population madrilène révoltée. Autre version : Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, femme du roi Philippe V d'Espagne, qui avait grandi à Chambéry, aimait à flâner de ce côté, qui lui rappelait la cité ducale savoyarde. Troisième hypothèse : Marie-Barbara de Portugal, femme de Ferdinand VI d'Espagne, a poussé son royal mari et tout ce qui comptait alors à créer le Couvent de la Visitation ou Couvent des Salésiennes royales, occupé par des sœurs salésiennes de Chambéry.

CONTACT

Vincent & Vincent

 

onpeutaussilefairecommeca@gmail.com

Tel : #32 496 25 69 38