C'est le plus traditionnel et c'est le plus cosmopolite des barrios de Madrid, labyrinthique, surprenant, accidenté. Jusqu'à il y a peu, les touristes s'y comptaient mais ça commence à changer, le quartier prend de l'allure...

LAVAPIÉS

CE QUE DISENT LES GENS

"Il y a tout le milieu alternatif ici, entouré de familles africaines, de vieux Madrilènes, et des gays qui en ont marre des paillettes de Chueca...

C'est cosmopolite et populaire, c'est le point de fusion de l’Afrique noire, du Maghreb, de l’Amérique latine, de la Chine et de l’Inde avec l'Espagne."

—  Pepe et Juan, in love

lavapies.jpeg

​Église de San Millán y San Cayetano

On aime cette église aux murs extérieurs dévastés. Elle date de 1669 et elle a failli y passer pendant la Guerre Civile.

L'aspect lépreux du mur latéral nous a d'abord fait penser qu'elle était abandonnée... Pas du tout ! (On en remet, la façade est nickel.) Et ce Cayetano, c'est un des chefs des saints de Madrid...

Entrez ! Il y a une magnifique coupole à la croisée. Et les chapelles ont chacune la leur. Les dimensions de l'église sont vraiment impressionnantes et le retable est splendide !

calle Embajadores 15, Madrid

lavapies.JPG

Ciné Doré

La cinémathèque espagnole est installée dans un édifice splendide construit en 1923. Trois salles, dont la principale est une reconstruction à l'identique du Salon Doré original.

Du chef-d'œuvre taïwanais au dernier primé du festival de Sundance, une programmation de films rares ou anciens, de classiques, de cinéma d'auteur pour un ticket d'entrée modéré. 

Les fauteuils ont vécu... 

c/ Santa Isabel 3, Madrid

lavapies.JPG

une corrala

Une corrala, c'est un immeuble typique de l'architecture madrilène traditionnelle, avec de longs balcons communs construits autour d'une cour centrale ; la classe ouvrière était autrefois parquée dans ces bâtiments, qu'on a construits jusqu'au 19° siècle. Aujourd'hui, les corralas font partie du patrimoine, quelques-unes ont été réhabilitées et mises aux normes de confort actuelles. Il en subsiste 500 à Madrid, dont celle-ci ! 

plaza de Agustín Lara / calle Mesón de Paredes

lavapies.jpg

Collège et église PIAS

Ou Colegio de San Fernando ou Colegio de Lavapiés. Une université fondée sur les ruines d’un ancien couvent, incendié par les partisans de la CNT (organisation anarchiste et syndicaliste) au tout début de la Guerre civile. Les ruines, comme tout le quartier, ont été laissées à l'abandon pendant la dictature, et seulement restaurées en 2002.

À voir d’abord pour son architecture, qui mélange l’ancien et le moderne avec un certain succès, pour sa bibliothèque, sous la coupole de l’église, pour son café en terrasse, le Gau Bar, qui offre une vue magnifique sur les toits du quartier.

calle Tribulete 14, Madrid

La Tabacalera 

Une ancienne fabrique de tabac investie par des artistes, des associations d’aide aux riverains, des collectifs, qui ont su faire de cette immense superficie un lieu vraiment effervescent ! Culturel, citoyen et social. On y entre gratuitement, pour retrouver des amis, rencontrer des artistes en train de peindre, pour un concert, pour l'atelier vélos, le potager, les fanfares en répétition. Un lieu atypique, dans lequel on pourrait presque se perdre. Si vous virez du côté boubour (bourgeois bourrin), passez votre chemin, vous risquez gros !

c/ Embajadores 51, Madrid

IGLESIA DEL
Paticano
la casa encendida

la maison allumée

TEATRO

L'animation de Lavapiés se concentre autour de la plaza de Lavapiés, où s'installer sur une terrasse et regarder la faune déambuler est déjà un but. L'ambiance est chaleureuse, les cafés et bars sont bon marché. L'endroit est parfait pour une pause entre deux musées (le Reina Sofia est au bout du quartier, le Prado pas très loin).

Lavapiés commence juste au Sud du centro, juste en dessous de la plaza de Santa Ana, juste de l'autre côté de la calle de Atocha, à la plaza de Tirso de Molina, et va jusqu’au métro Embajadores. 

C'est une colline, accrochez-vous ! Les pentes sont raides et les rues étroites. Mais les haltes sont fréquentes, sur les placettes, sur les terrasses : il y a toujours un prétexte pour s'asseoir.

Mercado San Fernando 

C'est notre mercado préféré ! Il a vraiment fait peau neuve, après une longue période de fermeture pour travaux, sans se couper de ses racines...

Ici, on trouve un tas de stands qui proposent des aliments de qualité, sains, bios, sans gluten, etc. Et des cosmétiques qui respectent les mêmes chartes.

Quelques bars, des stands de livres au kilo, de l'artisanat... San Fernando suit le modèle d’autres marchés couverts du vieux Madrid : la cohabitation heureuse de commerces traditionnels et d'échoppes avant-gardistes. Si vous avez de la chance, comme nous, vous tomberez peut-être sur une session de danse ! Ce marché s'est bien hypsterisé...

c/ Embajadores 41, Madrid  

AVANT c'était...

Lavapiés a longtemps été le quartier des juifs de Madrid, jusqu’à leur expulsion d’Espagne en 1492. Jusqu'à récemment, c’était un quartier très pauvre, presque un bidonville, des façades lépreuses, des maisons délabrées. 

Il y a quelques années, y sortir le soir était une aventure : on disait ses venelles biscornues peuplées de mauvais garçons... La jeunesse bohème s’en amusait. 

À coups de travaux de réhabilitation, la mairie a réussi à en redorer les pavés : sortir à Lavapiés est devenu branché. C’est aujourd’hui un quartier multiculturel qui concentre l’immigration et les personnes à revenus modestes dans la capitale espagnole. Et ça évolue plutôt bien, tout ça !

CONTACT

Vincent & Vincent

 

onpeutaussilefairecommeca@gmail.com

Tel : #32 496 25 69 38