On peut le snober, ce centre, avec sa Puerta del Sol plantée d'éventails bon marché, ses quatre Corte Inglés, ses mégastores consacrés au foot, ses cinémas tape-à-l'œil, ses bus à impériale et ses mickeys vivants... Mais il y a bien trop de rues pour qu'aucune ne soit intéressante...

PUERTA DEL sol 

CE QUE LES GENS DISENT

"De toute façon, comme c'est au milieu de tout, il faut bien y passer."

—  Bjorn, touriste suédois

puerta-del-sol.jpeg

La Puerta del Sol

On peut commencer la visite de Madrid par la Puerta del Sol, Km 0 de toutes les routes d'Espagne, centre géographique de Madrid. Et ne plus y revenir, sauf le jeudi soir (voir plus loin). C'est le Madrid du tourisme et du shopping de masse. 

Ses harmonieuses façades qui forment un arc de cercle sont dominées par la belle publicité de Tío Pepe.  En face, la Casa de Correos (Postes), construite en 1768 par l'architecte français Jaime Marquet, est actuellement le siège de la Présidence de la Communauté de Madrid. Sous Franco, c'était le siège de la  Direction Générale de la Sécurité de l'Etat, ses geôles ont été témoins de  longues séances de tortures et d'exécutions sommaires.

Il y a l'Ours et l'Arbousier (une sculpture posée là en 1967, qui représente un des symboles de Madrid).

palacio de gaviria

Palais de Gaviria

L’architecte Aníbal Álvarez Bouquel a construit ce palais (1847) pour le banquier Manuel Gaviria y Douza. C'est l'un des plus luxueux de son époque, aux influences néoclassiques, à l’image des palais italiens de la Renaissance. On adore les fresques du plafond de la salle de bal, une œuvre de Joaquín Espalter y Rull.

La reine Isabelle II d’Espagne l'a inauguré en 1851, et il a défrayé la chronique pour les fêtes qui s’y tenaient. De 1991 à 2011, le bâtiment a abrité une discothèque. Après quelques années d’abandon, il a rouvert en 2017 pour se consacrer à de grandes expositions.

c/ Arenal 9, Madrid

PLAZA CANALEJAS

Cette petite place circulaire, asphyxiée par la circulation, vaut le crochet, si vous allez par exemple de Cibeles au Palais Royal. C'est un carrefour, d'ailleurs autrefois appelé place des Quatre-Rues, à l'architecture début 20° : la maison Allende (1916-1920) construite par Leonardo Rucabado, avec son balcon en bois; le bâtiment Meneses (1915), de style éclectique, dû à José María Mendoza et José de Aragón; le bâtiment de l'ancienne Banque hispano-américaine (1902), signé Eduardo Adaro.

Elle a pris le nom du premier ministre José Canalejas, assassiné en 1912 par un anarchiste, sur la Puerta del Sol voisine.

Passez par La Violeta, au numéro 6, juste pour acheter des violettes !

plaza
de la provincia

À la sortie de la plaza Mayor, côté calle de Atocha, cette petite place, un carrefour plutôt, est intéressante d'un point de vue architectural. Elle rassemble l'Église de la Santa Cruz, un temple néogothique en briques et pierre blanche de Colmenar, quelques beaux bâtiments civils, la belle Fontaine d'Orphée et le Palacio de Santa Cruz, un imposant édifice de style Renaissance. Et quelques terrasses plus ou moins envahies par les touristes.

On y passe de toute façon pour accéder à la plaza Mayor, alors autant lever le nez. 

SANTA CRUZ

huertas.JPG

LA VIOLETA

LA VIOLETA.JPG